'La valse des regrets' - Bilan 2014



Adventure needs !


          Ca y est. Nous sommes dans la dernière moitié du dernier mois de l'année. La dernière semaine complète. La dernière ligne droite. La dernière page du dernier chapitre du livre 2014. Je n'en reviens pas. Pour moi, c'est comme si le temps s'était arrêté en 2012, je ne sais pas pourquoi ! Le temps que je réalise que nous sommes en 2014 et pouf, on passe déjà à 2015. Non mais c'est dingue ça, dis, le temps, tu ne peux pas ralentir un petit peu? Il faudrait que les journées durent 30 heures, les semaines 10 jours et les mois 5 semaines. J'ai l'impression de ne rien faire et pourtant les journées, semaines et mois défilent à la vitesse de la lumière. Je cligne des yeux et bam, on est déjà le lendemain. Il devrait sincèrement y avoir un bouton pause, ou slow-motion au moins. Quoiqu'une touche reset ne serait pas de refus non plus. Par contre, une touche avance rapide, non merci, c'est inutile, c'est déjà la vitesse normal je trouve.




 Mais arrêtons de rêver, la vie n'est pas un film et encore moins une série - même si parfois (ok, souvent) je me demande si je ne suis pas l’héroïne d'une série à mon insu, comme dans le film The Truman Show avec Jim Carrey.




  Pour en revenir au sujet premier de ce post, à savoir la fin de 2014, j'avoue rester perplexe devant cette année. Il y a quelques jours de ça, je me suis surprise à réfléchir (oui, ça m'arrive) et à faire le bilan de cette année twenty-fourteen. Et pour être honnête, rien d'extra-ordinaire, de surprenant ou d'extrêmement joyeux n'en est ressorti. C'est vrai ça, j'ai l'impression de n'avoir rien accompli, mise à part passer ma première année de droit et être parti à Londres. C'est donc avec une pointe de nostalgie, une once de tristesse et une bonne poignée de regrets que je conclus cette année. Il faut dire que 2013 avait frappé fort et m'avait réservée tellement de surprises, d'imprévus, d'inconnus, d'émotions et de joie qu'il était difficile pour 2014 de rivaliser avec. Cette année-ci n'était pas non plus terriblement désastreuse ou déprimante, non, loin de là même, mais disons qu'elle était plus banale, plus ennuyante, plus décevante et moins aventureuse. J'ai une grande part de responsabilité là-dedans, j'en ai conscience et je le regrette amèrement.



            En ce moment j'ai l'impression de perdre mon temps, ou plutôt de ne pas utiliser mon temps à bon escient. J'ai l'impression de ne plus profiter de la vie, de ne rien faire de ma vie, de ne rien accomplir, de n'aider personne et d'être juste un corps inutile. "Tu comprends pas que si tu ne fais rien, tu sers à rien!" ('Blizard' - Fauve) : c'est tellement ça. Je suis juste là, avec mon ordi et mes cours de droit, je suis inutile, je stagne, je n'avance à rien. J'attends. 'I’m living but I’m not alive'.
         J'ai besoin de me sentir vivante, de vivre et de ressentir des émotions, d'avoir peur, d'être stressée, d'être excitée, d'être impatiente, d'être submergée de sentiments, d'essayer de nouvelles choses et de me sentir vivante et puissante. Alors je me fais la promesse de faire de 2015 une année sans regret, une année d'aventures, de voyages et de découvertes, car c'est de ça dont j'ai besoin. Je vais tâcher de rendre 2015 à la hauteur de mes attentes et de faire mon possible pour ne pas me laisser aller et bercer par l'aisance du train-train quotidien. En fait, j'ai déjà en tête l'espoir d'être acceptée dans une fac étrangère pour y passer une année en Erasmus. J'ai quelques idées sur la localisation, mais chuuut, je ne dirai rien ici pour ne pas attirer la malchance. Quand bien même je partirai où je le souhaite, j'espère également vraiment être prise pour les deux semestres, et non un seul. Je suis déjà partie à une année scolaire à l'étranger, je sais ce que c'est, ce que l'on ressent et comment ça se passe. Alors certes j'étais dans un lycée et logée dans une famille d'accueil, ce qui rend l'exercice bien différent du programme Erasmus, mais j'ai pu être témoin de la vitesse du temps qui passe et de la durée d'adaptation nécessaire. Cette expérience me permet de savoir qu'un semestre universitaire (soit 3-4 mois) est bien trop court, puisque le temps de trouver sa place, se créer un réseau de relations, se familiariser avec l'environnement, s'adapter, prendre ses repères et surtout gagner en aisance avec la langue, il serait déjà l'heure de rentrer en France.
Je tourne donc la page dans l'attente et l'excitation de lire la prochaine.

       
Quel est votre bilan de l'année 2014? Plutôt positif ou négatif? Que vous réserve la prochaine année?


Minute Titre: Georges Guétary, ou Lambros Worlooue de son vrai nom, est un chanteur d'opérette et comédien né en 1915 et mort en 1997, La chanson "la valse des regrets" a été composée sur la musique de la valse de Brahms. J'adore écouter de vieilles chansons françaises qui ont beaucoup plus d'émotions, d'histoire et de caractère que nos titres électro moderne. Si vous voulez écouter d'autres morceaux de Georges Guétary, je vous conseille les très joviales chansons La route fleurie ainsi que La vie est un carnaval.