'Black Rage'

Tuer, ok, mais le racisme !





"Black rage is founded: who fed us self hatred. Lies and abuse, while we waited and waited"


          Je tiens aujourd'hui à vous parler d'un sujet aussi sérieux qu'inquiétant : le racisme. Un drame récent illustre ce désastreux état d'esprit qui caractérise un nombre, semble-t-il étonnamment grandissant, de personnes. J'ai en effet décidé d'évoquer les débats, événements et prises de position d'artistes consécutifs à la mort de Michael Brown, ce jeune afro-américain de 18 ans abattu à Ferguson, Missouri le 9 Août dernier par un policier blanc, Darren Wilson.



Faits:

          Les circonstances de sa mort restent encore à l'heure actuelle (vingt jours plus tard) floues puisque les différentes versions des impliqués divergent et les témoignages récoltés s'opposent. En effet, selon la police, l'officier Wilson a agi en état de légitime défense puisque Brown aurait été abattu après avoir agressé le policier dans le but de lui dérober son arme. Ainsi un premier coup de feu serait parti depuis la voiture de l'agent, avant que ce dernier ne sorte et continue à tirer à plusieurs reprises en direction de Brown. De plus, Wilson affirme que Brown aurait levé puis baissé les bras avant de s'avancer "de façon menaçante". Le chef de la police de Ferguson dénonce également les blessures de l'officier, vraisemblablement due à un affrontement entre celui-ci et la victime.
          A l'inverse, plusieurs témoins affirment que Brown était non-armé et avait les mains en l'air lors des tirs qui lui ont été fatals. Le témoin principal affirme qu'il marchait dans la rue aux côtés de son ami Michael lorsqu'un policier leur a ordonné de marcher sur le trottoir plutôt que la route. Les deux amis n'en ont pas tenu compte, leur (non) réaction menant ainsi à un retour du policier, d'abord dans sa voiture puis à l'extérieur de celle-ci. Ce dernier a commencé à tirer, et alors effrayés, les deux hommes se sont enfuit. Le témoin soutient ensuite que l'officier de police a de nouveau tiré, et dès lors que son ami a senti le coup, il s'est retourné en levant ses mains, n'empêchant pas le policier de continuer sur sa lancée...

          D'autres témoins confirment cette version des faits et contredisent ainsi celle de la police, puisque selon eux les deux jeunes hommes ont bien été interpellés alors qu'ils marchaient sur la route. S'en est suivi une altercation verbale (voire physique selon certains) puis des tirs. Six balles auraient atteints la victime, bien que récemment, un enregistrement audio diffusé par la CNN prouverait que non pas six mais dix coups auraient été tirés. Terrifiant. Ahurissant. Rageant.



Réactions:

          Cette affaire a entraîné et continuera, je le pense, à entraîner des émeutes dans cette région du Mid-Ouest des Etats-Unis. A partir du 11 Août, une enquête sur la fusillade (10 coups tout de même!) a été ouverte par le FBI, et le jour qui suivit, Barack Obama a exprimé ses condoléances à la famille Brown lors d'une déclaration au cours de laquelle il a soutenu que des ressources fédérales seront consacrées à l'enquête. Enfin, des suites des pillages et violences causés par cette affaire, le gouverneur du Missouri a déclaré l'état d'urgence, imposant par ailleurs un couvre-feu et une demande d'aide de la Garde nationale. Ce même jour, des centaines de manifestants défilant dans les rues ont levé les mains en criant "Don't shoot !" en hommage à Michael Brown. Le 17 Août, le président de la NAACP (National Association for the Advancement of Colored People) a demandé un procureur spécial disant que c'était nécessaire pour restaurer la crédibilité de la communauté black de Ferguson. Enfin, vendredi dernier (22 Août) une juge de la Cour Suprême a confié que ces événements illustraient un "réel problème racial aux USA".

         Par ailleurs, cette juge Ginsburg a fait une déclaration que je trouve incroyablement vraie : "Une fois que les homosexuels commencent à dire qui ils sont, on découvre que c'était notre voisin, ou que ça pourrait être notre enfant, et on découvre aussi que ce sont des personnes que l'on admire. Cette tolérance et compréhension n'a cependant pas lieu avec les races ; on a toujours une séparation de voisinage, où les races ne se mélangent pas. C'est cette familiarité avec les personnes gays qui n'existent pas pour les races et qui demeurera ainsi pendant un long moment, tant que l'endroit où nous vivons restera divisé."

          Il faudra attendre Novembre pour que le policier, Darren Wilson, soit jugé. Je ne prétends pas que ce policier blanc soit coupable car nous avons tous droit à la présomption d'innocence, cependant l'absence de clarté et de déclarations précises dans cette affaire me pousse à penser que ce policier n'est pas blanc comme neige (oui, j'ai osé ce jeu de mot...) dans cette histoire.



          Ce qui m'attriste le plus c'est de constater que près de 150 ans après l'abolition de l'esclave et l'obtention du droit de vote pour les personnes de couleurs, les mentalités, aux US comme ailleurs, n'ont que très peu changées et la discrimination est encore trop présente.
          Heureusement, tout n'est pas perdu et je reste extrêmement touchée par ceux qui s'impliquent corps et âme dans le combat contre l'inégalité et le racisme. Tout les humains ne sont pas des sauvages, et une grande partie de la population est tout de même assez civilisée pour comprendre l'absurdité de ce grotesque état d'esprit. Voir des personnes se mobiliser est encourageant et me redonne fois en l'humanité.



Engagements:

          Effectivement, ce drame, qu'il s'avère être provoqué par un acte réellement raciste ou non - a non seulement touché les politiciens, mais également les artistes américains qui se sont empressés de partager leur ressenti.

  • Senecca Da Product est l’artiste hip-hop qui fut le premier à réagir sur la toile. Trois jours seulement après l'incident, ce dernier a fait part à ses followers de son titre Teddy Bears où il les invite à attacher une peluche au poteau téléphonique en hommage à son ami Michael. 
  • A son tour, J.Cole a composé le morceau Be Free, où elle n'évoque pas seulement cette affaire mais s'exprime aussi de façon généraliser pour tout noirs américains. 
  • Un troisième titre a également attiré mon attention par son clip mis en ligne sur YouTube : il s'agit de Front Line interprété par le rappeur MC Keem. 
  • Enfin, je termine cet article en citant un dernier hommage poétique à Michael Brown, à savoir Black Rage, "une vieille démo écrite dans son salon", comme le précise Mrs. Lauryn Hill


J'attends désormais une réaction de la part de certains rappeurs mondialement connus tels que Kanye West, Jay-Z ou Lil Wayne.


Donnez moi vos impressions sur ce sujet délicat mais également sur les différentes productions des artistes engagés évoqués plus haut.
et malgré ce monde désolant, n'oubliez pas de sourire xx