Adventure Time

Erasmus in Pécs, Hongrie. 



Cathédrale St Paul de Pécs.



Szia !
Trois ans après mon année de césure irlandaise, me voilà à nouveau perdue à 1987 km de chez moi. Toujours fidèle à l'Europe, j'ai décidé cette fois-ci de m'envoler vers la Hongrie. Cette année en erasmus, je l'attend depuis mon premier jour à la fac. J'ai atterri à l'étranger par envie, en Europe de l'Est par curiosité et en Hongrie par instinct. Alors que mon entourage me demandait si ma fac m'avait imposée cette destination, je répondais fièrement que la Hongrie faisait partie de la bonne trentaine de pays proposés et que j'avais décidé de mon propre chef de découvrir ce pays riche en histoire et en culture. Et trois semaines après mon arrivée, je ne regrette RIEN.

          Je découvre en effet un pays aux antipodes de nos idéaux français. Ce pays de l'est est parfaitement développé - et même parfois plus moderne que nous concernant certains domaines -, l'architecture est tout simplement à couper le souffle - les batiments sont tous propres et rénovés - et surtout: les hongrois sont extrêmement chaleureux et accueillants.
          Ils sont en outre très ouverts, et même s'il est parfois difficile de trouver quelqu'un qui parle anglais, mon interlocuteur fera tout pour ne pas me laisser dans l'incompréhension. L'employé du supermarché m'accompagnera dans le rayon pour s'assurer que c'était bien de ce produit dont je parlais, la femme derrière le guichet de la gare m'écrira sur un bout de papier les horaires et les changements de mon trajet en train et aura choisi exprès les trajets aux horaires les moins chères, la vendeuse ira chercher jusque dans le fond du magasin le seul employé qui parle anglais, l'agent de l'opérateur téléphonique me montrera directement sur son écran et attendra que je mette la carte sim dans mon téléphone pour s'assurer que le tout fonctionne, la serveuse du restaurant présentera une carte avec les photos de chacun des plats, le prof de danse demandera à une élève hongroise de traduire les phrases importantes...
Bref, en général, les hongrois sont des amours. Et leur sourire lorsque je leur dis bonjour ou merci en hongrois, on en parle haha? Donc non, les hongrois ne sont pas pauvres, ils ne sont pas fermés au monde extérieur et malgré la propagande du gouvernement, ils se soucient beaucoup du sort des migrants.

Un tout petit aperçu du bazarre à la gare de Budapest.
          En effet à l'heure où les médias n'ont surement jamais autant parlé de la Hongrie, je suis présente et je vis l'histoire de l'intérieur. Et pour être honnête, dans la ville où je suis, cette crise des migrants ne se ressent pas énormément. Par contre, lorsque je suis passée à la gare de Keleti à Budapest, j'en ai eu les larmes aux yeux. Ces hommes, ces femmes et ses enfants sont comme nous. Ils sont propres, souriants, bien habillés, avec des portables, des couvertures, un visage fatigué mais toujours le sourire aux lèvres. Les enfants jouaient au ballon pendant que les adultes étaient dans l'interminable file d'attente... Ils ne font pas la manche et ils m'embêtent personne. Ces familles veulent juste vivre, bordel. Et à l'heure où le Président et le Premier Ministre en profitent pour faire pencher le pays un peu plus encore dans l'extrême droite, je peux vous affirmer que les habitants sont certes méfiants envers les migrants mais qu'ils ne désarment pas d'efforts pour leur venir en aide. Ce qui arrive est tout simplement désastreux, mais je ne vais pas m'étendre sur le sujet.



Pour en revenir à la Hongrie, voici très succinctement quelques données factuelles:
2 000 Forint...soit 6€.
- Il s'agit d'un République avec donc un chef d'Etat élu, des ministres, un Parlement et une Constitution pour quadriller le tout.
- Budapest est la capitale de ce petit pays de 93 029 km² et aux 10 millions d'habitants.
- Située au centre de l'Europe, la Hongrie possède des frontières avec 7 pays (Slovaquie, Croatie, Serbie, Roumanie, Ukraine, Autriche, Slovénie). Je suis déjà partie à Bratislava en Slovaquie il y a deux semaines, et je compte bien faire tout les pays frontaliers et plus encore (sauf l'Ukraine, à voir...)
- La langue officielle est le hongrois (langue classée comme étant l'une des plus difficile à apprendre)
- La monnaie est le forint (1€=310 Ft). 
- Riche en culture, la Hongrie possèdent ses propres danses, sa propre musique, sa propre nourriture (goulash, langos, Kürtőskalács...) ainsi que son propre alcool (PALINKA !)


Langos.
Kürtoskalacs



Je ne regrette en aucun cas mon choix, et je ne peux pas imaginer avoir fait mon année Erasmus ailleurs qu'à Pécs. Je commence à peine à découvrir ce pays et ses habitants mais j'en suis déjà tombée amoureuse. Tant le pays que la ville me correspondent. De même que la fac et toutes les personnes à présent rencontrées. La vie se fait à 100% entre Erasmus et internationaux du monde entier, la diversité et le mélange des accents et des cultures rendent l'expérience encore plus passionnante. Cette année ne fait que commencer, et même si tout n'est pas parfait (logement miteux, trop de français, dépendance des trains, impossibilité de comprendre un seul mot..), je sais que je vais plus que m'y plaire. A tous les étudiants qui hésitent à partir en Erasmus : foncez.

  _____________________________

Vu la masse d'idées qu'il me reste encore à écrire, je préfère découper lcet article en deux parties. Après avoir évoqué la Hongrie et les hongrois, d'ici quelques temps vous pourrez retrouver la suite de cet article qui traitera entre autres de la ville de Pécs, de mon université ainsi que de la vie d'un étudiant Erasmus. (sneek peak en photo)